De nouveaux investissements en génomique stimulent l’innovation dans la foresterie, l’agriculture et les soins de santé au Canada

Ottawa (Ontario)

Ce financement appuiera des collaborations en génomique axées sur la demande dans les domaines de l’agroalimentaire, de l’environnement et de la santé.

Aujourd’hui, l’honorable François-Philippe Champagneministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, a annoncé un soutien fédéral de 13,8 millions de dollars, par l’entremise de Génome Canada, à 10 projets de recherche et développement en aval qui feront sortir la génomique du laboratoire et procureront des avantages concrets aux Canadiens. Ces projets mobilisent le pouvoir et le potentiel de transformation de la génomique pour trouver des solutions qui amélioreront la santé, la durabilité et la prospérité des collectivités canadiennes.

De concert avec l’industrie, les acteurs du secteur de la santé, ainsi que les partenaires provinciaux et fédéraux, avec un cofinancement évalué à 27,6 millions de dollars, l’investissement total s’élève à 41,4 millions de dollars. Ces partenariats public-privé appliqueront la recherche et l’innovation en génomique dans trois domaines prioritaires pour le Canada : les ressources durables et les solutions fondées sur la nature pour lutter contre le changement climatique; l’avancement de l’agriculture et de l’agroalimentaire intelligents sur le plan climatique pour améliorer la compétitivité des exportations; et la santé de précision afin d’octroyer de meilleurs résultats pour les Canadiens.

L’annonce d’aujourd’hui met en valeur le Programme de partenariats pour les applications de la génomique (PPAG) de Génome Canada qui apporte de nouvelles solutions de génomique appliquée aux défis quotidiens des Canadiens. Le programme tire parti d’une expertise de premier plan et de partenariats diversifiés pour accélérer l’application des connaissances scientifiques en de vastes avantages économiques et sociétaux pour le Canada. Il soutiendra :

  • La recherche qui utilise la génomique pour préparer aujourd’hui les forêts de conifères qui existeront dans 50 ans. Les changements climatiques sont un défi majeur pour le secteur forestier canadien. La sélection et la production de variétés d’arbres améliorées au moyen de la sélection traditionnelle, qui prend jusqu’à 30 ans pour les conifères canadiens, ne peuvent pas suivre le rythme des changements climatiques. Le Pr Jean Bousquet de l’Université Laval, en collaboration avec Ressources naturelles Canada et le ministère des Ressources naturelles et Énergies renouvelables de la Nouvelle-Écosse, utilisera la génomique forestière pour mettre au point des technologies permettant de sélectionner et de produire plus rapidement de nouveaux stocks de végétaux plus résistants aux changements climatiques et capables de capter davantage de CO2.
  • Outils génomiques pour l’élevage des poissons les plus robustes pour les générations futures. La salmoniculture est un contributeur économique et un producteur alimentaire clé au Canada atlantique, fournissant plus de 8 000 emplois. Alors que le saumon est déjà l’une des méthodes les plus efficaces pour produire des protéines animales, Amber Garber, du Huntsman Marine Science Centre, travaillera avec Mowi East pour améliorer la performance biologique du saumon élevé au large de la côte est, protégeant ainsi le bien-être des animaux et renforçant le succès du secteur au Canada et à l’étranger.
  • La recherche dont l’objectif est de développer un organisme d’évaluation de la qualité indépendant et à la pointe de la technologie pour les anticorps destinés à la recherche et aux applications cliniques. Ce projet est dirigé par le Dr Peter McPherson de l’Institut neurologique de l’Université McGill de Montréal, en collaboration avec YCharOS, une entreprise de science ouverte d’intérêt public. Les anticorps sur le marché sont des réactifs essentiels dans la recherche en laboratoire, mais au moins la moitié de ces derniers ne possèdent pas les performances requises. Le modèle scientifique ouvert, qui améliorera la capacité des scientifiques à commander les anticorps appropriés pour leurs expériences, permettra aux contribuables canadiens d’économiser 45 millions de dollars par an.

Les autres projets financés visent à stimuler l’industrie canadienne de la viande de porc, à accélérer la sélection de l’avoine de mouture, à réduire l’utilisation d’antibiotiques dans la production d’animaux destinés à l’alimentation, à produire du plastique biodégradable et à faire progresser d’importantes initiatives en matière de santé de précision.

Citations

« La recherche-développement en génomique est essentielle pour améliorer la vie des Canadiens et accélérer la reprise économique postpandémique. Les investissements comme celui annoncé aujourd’hui par notre gouvernement aident les scientifiques et les chercheurs à faire progresser leurs travaux au-delà du laboratoire. Les solutions qu’ils proposent pour lutter contre les changements climatiques et préserver la productivité, la viabilité et la compétitivité à l’échelle mondiale des secteurs clés de l’industrie sont source de retombées concrètes pour tous les Canadiens. »
– Le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, l’honorable François-Philippe Champagne

« C’est une période excitante pour la génomique. Les connaissances, les outils et les technologies qu’elle génère stimulent l’innovation dans les secteurs traditionnels et les aident à atteindre la croissance verte, tout en améliorant la santé et la qualité de vie des Canadiens. Génome Canada est fière de collaborer avec le gouvernement du Canada pour stimuler la recherche en génomique axée sur la demande et les projets de collaboration en matière d’innovation entre les partenaires du milieu universitaire, de l’industrie, de la santé et d’autres secteurs. »
– Rob Annan, président et chef de la direction, Génome Canada

Faits en bref

  • L’annonce d’aujourd’hui s’élève à 13,8 millions de dollars de financement fédéral pour la recherche génomique et à 27,6 millions de dollars en cofinancement par les gouvernements provinciaux, les entreprises et les partenaires de recherche, à l’échelle du Canada.
  • Ce financement permettra d’appuyer dix nouveaux projets dans le cadre du Programme de partenariats pour les applications de la génomique (PPAG) de Génome Canada.
  • Depuis 2000, Génome Canada a mobilisé 1,7 milliard de dollars en investissements fédéraux, pour un investissement total de 4 milliards de dollars en recherche et développement, y compris le cofinancement, a appuyé plus de 5 000 stagiaires de recherche talentueux et a créé plus de 80 nouvelles entreprises canadiennes.

En savoir davantage sur les 10 projets annoncés aujourd’hui :

Faire progresser le rendement commercial du saumon atlantique originaire d’Amérique du Nord par l’intégration de la sélection génomique (Pêches)
En partenariat avec Genome Atlantic

ALPHAgénomique : intégration de la génomique et de la phénomique au service de l’industrie porcine (Agriculture)
En partenariat avec Génome Québec

FastTRAC II : Tests rapides pour l’évaluation et l’amélioration des conifères 2 (Foresterie)
En partenariat avec Génome Québec et Genome Atlantic

Diagnostic rapide du stress, des maladies, de la phénologie et de la croissance – Phénotypage de terrain à haut débit par drone pour l’amélioration et la sélection des arbres assistées par le génome (FastPheno) (Foresterie)
En partenariat avec Ontario Genomics et Génome Québec

Génomique appliquée à l’amélioration génétique et à la sélection de l’avoine de mouture (Agriculture)
En partenariat avec Génome Québec

Caractérisation de l’instabilité génomique passe-bas en tant que test complet de diagnostic du cancer et de la lignée germinale (Santé)
En partenariat avec Ontario Genomics

Optimisation et mise en œuvre d’un service clinique de séquençage pangénomique pour le diagnostic des maladies rares en Ontario (Santé)
En partenariat avec Ontario Genomics

Production et ingénierie de lysozymes prêts à la commercialisation pour les animaux destinés à l’alimentation (Agriculture)
En partenariat avec Génome Québec

Production de polyhydroxyalcanoate de longueur de chaîne moyenne (mcl-PHA) à partir de déchets alimentaires (Environnement)
En partenariat avec Ontario Genomics

YCharOS – Caractérisation des anticorps pour la science ouverte : des virus aux protéines humaines (Santé)
En partenariat avec Ontario Genomics et Génome Québec

Lien connexe

Fiche d’information : De nouveaux investissements dans la recherche en génomique pour stimuler l’innovation verte en foresterie ainsi qu’en agriculture et améliorer la santé des Canadiens

– 30 –

Relations avec les médias

Nicola Katz
Directeur, Communications
Génome Canada
Cellulaire : 613-297-0267
nkatz@genomecanada.ca

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.