Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Arborea II : Génomique pour la sélection moléculaire chez les résineux. Découverte de marqueurs génétiques visant à améliorer la productivité et la valeur de l’épinette grâce à la génomique fonctionnelle et la cartographie d’association

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

Statut

Past

Concurrence

Concours III

Centre(s) de génomique

GE3LS

Yes

Chef(s) de projet

Lancement du projet d'exercice financier

2005-2006

Description du projet

Les épinettes sont l’espèce la plus largement utilisée dans les plantations forestières canadiennes. La sélection de nouvelles générations d’épinettes peut cependant être un processus lent. Voilà pourquoi les chercheurs canadiens en génomique forestière étudient la croissance et le rendement des arbres, de même que les propriétés du bois à l’échelle moléculaire. La génomique forestière peut servir à améliorer la productivité et la compétitivité de l’industrie des produits forestiers du Canada, qui représente 81,8 milliards de dollars annuellement et assure plus de 375 000 emplois directs.

MM. John MacKay et Jean Bousquet, biologistes forestiers à l’Université Laval sont les directeurs du projet Arborea II : Génomique pour la sélection moléculaire chez les résineux. Arborea II dressera un inventaire de la variabilité naturelle et de l’expression de milliers de gènes de l’épinette. Lorsqu’ils connaîtront les gènes spécifiques liés à la croissance et à la qualité du bois, les chercheurs pourront élaborer des outils et des protocoles qui permettront de choisir les épinettes à haut rendement qui possèdent les bois de meilleure qualité. On pourra ainsi améliorer la compétitivité de l’industrie forestière canadienne. Les cycles de sélection des épinettes peuvent durer plus de 20 ans.

Les résultats prévus du projet contribueront à raccourcir la période nécessaire à la sélection et à l’amélioration des arbres au moyen des traits désirés, ce qui accroîtra la valeur commerciale des épinettes, sous forme de grumes de sciage et de bois à pâte. Arborea II fera appel aux capacités de recherche du Service canadien des forêts et à des collaborateurs nationaux et internationaux, afin d’intégrer la recherche, le transfert de la technologie, les analyses économiques et les études de l’acceptabilité environnementale de l’amélioration moléculaire des épinettes. En concertation avec des organismes de recherche provinciaux et l’industrie des produits forestiers, l’équipe du projet créera de nouvelles connaissances sur une espèce d’arbre polyvalente et précieuse qui offre des avantages sociaux, environnementaux et économiques. 

(En anglais seulement)

Integrated GE3LS Research:  An analysis of socio-economic impacts and environmental issues associated with the use of genomics research to enhance breeding of softwood trees
GE3LS Project Leaders: Nancy Gélinas and Robert Beauregard, Université Laval

Summary
By identifying genetic markers associated with superior growth and wood quality, andselecting for these enhanced qualities in tree breeding, forest producers could see an increased yield of white spruce plantations. In turn, this would likely reduce pressure on natural forests and could help to concentrate reforestation efforts on a reduced land base and get quicker results. The goal of this integrated GE3LS project is to assess the socio-economic impacts of applying new genomics knowledge to the forestry sector.GE3LS researchers will assess the profitability of the forest network and the economicbenefits of plantation forestry with the outputs of genomics.

Given the realistic potential for benefits to the industry, what are the broader social,economic and environmental issues to consider? Will the public be accepting of thesenovel technologies and their application to Canadian forestry? This GE3LS project willseek to understand the perception people have of the use of genomics in forestry,based on initial spontaneous assumptions and more informed understanding of theenvironmental issues.

The goal is to gain a better understanding of the issues related to forest genomics from the point of view of the public and of stakeholders, and to assess their level of influence on the socio-political system

 

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn