Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Création d’une plateforme numérique microfluidique pour l’identification et le ciblage de cellules individuelles d’une population cellulaire hétérogène pour les lysines en volume ultra faible

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

Statut

Active

Concurrence

Concours 2017 : Innovation de rupture en génomique Passage des projets de la phase 1 à la phase 2

Centre(s) de génomique

GE3LS

No

Chef(s) de projet

Lancement du projet d'exercice financier

2000-2001

Description du projet

Actuellement, le diagnostic prénatal par amniocentèse ou par choriocentèse est coûteux, se fait seulement par des spécialistes dans un petit nombre de centres et comporte un risque de fausse couche. L’amniocentèse se fait plus tard au cours de la grossesse et, souvent, les résultats ne sont pas connus avant 17 semaines de gestation. Pour réduire le coût, ces tests diagnostiques prénatals ne sont habituellement offerts qu’après les résultats d’un test de dépistage prénatal précoce ou une échographie du fœtus qui montre un risque accru d’anomalie chromosomique. Une méthode sûre, non invasive et moins coûteuse, qui peut être mise en œuvre par divers professionnels de la santé, permettrait d’effectuer des tests auprès de toutes les femmes enceintes pour déceler les anomalies chromosomiques fœtales au lieu de se limiter aux seules femmes qui présentent un risque accru, de même que des tests de troubles génétiques uniques de grossesses à risque. Ce nouveau test atténuera l’anxiété des parents tout en réduisant considérablement les coûts en soins de santé.

Des experts de l’Hôpital Mount Sinaï ont mis au point une méthode de collecte de cellules fœtales de manière non invasive, à l’aide d’une technique semblable du test PAP. Dans la première phase de ce projet, David Chitayat et Elena Kolomietz, Ph. D., de l’Hôpital Mount Sinaï ont collaboré avec Aaron Wheeler et son équipe de l’Université de Toronto pour trouver un moyen d’isoler et d’analyser ces cellules à l’aide de l’analyse microfluidique et génomique. L’équipe a créé une plateforme microfluidique numérique en validation de principe qui sera maintenant approfondie en vue de test bêta et de validation pour en connaître l’efficacité, l’exactitude, la précision, la sensibilité et la spécificité dans un laboratoire clinique, ce qui se terminera par un essai clinique auprès de 550 patientes.

Cette nouvelle technique pourrait transformer le diagnostic prénatal et fournir un test diagnostique sûr, non invasif et peu coûteux qui peut être effectué dès les six premières semaines de la grossesse. Comme il n’existe aucun test semblable, il sera concurrentiel sur le marché mondial qui se chiffre en plusieurs millions de dollars et fera épargner au système de santé des centaines de millions de dollars. La technique sera commercialisée par l’entremise d’une entreprise en démarrage qui attirera des investissements et créera des possibilités d’emploi dans le secteur naissant de la haute technologie et de la biotechnologie au Canada.

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn