Développement d’un outil de profilage épigénomique pour faciliter la médecine de précision liée au cancer du sein au stade précoce

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

Statut

Active

Concurrence

None

Centre(s) de génomique

GE3LS

No

Chef(s) de projet

John Bartlett

Lancement du projet d'exercice financier

2020-2021

Description du projet

Le cancer est responsable de 30 % de l’ensemble des décès au Canada. Au cours des deux dernières décennies, les maladies autrefois jugées homogènes d’un tissu (par exemple, le cancer du sein) sont maintenant connues pour être hétérogènes, même au sein de sous-types cliniques bien établis. Pour mieux comprendre la nature individuelle du cancer du sein chez les patientes, la mise en œuvre de solutions « omique » intégrées est requise pour comprendre les effets combinés des changements génomiques et épigénomiques dans la progression du cancer et tenir les promesses de la médecine de précision. Les nouvelles recherches sur le cancer du sein mettent en jeu l’épigénomique dans la régulation de multiples processus cancéreux, notamment la réparation de l’ADN et la réponse au traitement. Les données épigénomiques disponibles sur les gènes moteurs du cancer de différents groupes ethniques, en particulier des femmes d’origine africaine, soulignent encore l’importance des caractéristiques épigénomiques sur le plan diagnostic dans les soins aux patients. Cela est essentiel pour fournir de soins de santé équitables aux patientes, car une proportion importante de patientes peut ne pas être traitée de manière convenable en raison de processus moléculaires influencés par les différences liées à l’ethnicité. Le présent projet permettra de développer et de valider de nouvelles approches ciblées fondées sur des panels pour l’évaluation des modifications épigénétiques dans le cancer du sein, afin de répondre à deux besoins importants : l’amélioration des tests prédictifs et pronostiques pour toutes les patientes atteintes d’un cancer du sein et une étude ciblée comparant les profils de méthylation entre les cancers chez les minorités ethniques noires et asiatiques et chez d’autres groupes ethniques.

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn