Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Accroître la production ovine canadienne grâce à la génomique

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

Statut

Active

Concurrence

Programme de partenariats pour les applications de la génomique

Centre(s) de génomique

GE3LS

Yes

Chef(s) de projet

Lancement du projet d'exercice financier

2023-2024

Description du projet

L’industrie ovine canadienne fait face à une croissance de la demande intérieure et ses niveaux actuels de production ne répondent qu’à 44 % de cette demande. Les importations de pays comme la Nouvelle-Zélande et l’Australie aident à combler l’écart. Dans plusieurs productions d’animaux d’élevage au Canada, des solutions génomiques ont été mises en place pour accroître la productivité, mais le secteur ovin n’en fait pas encore partie, et ce malgré le rôle joué par la génomique dans la sélection ovine ailleurs dans le monde. Un projet préliminaire développé en partenariat avec la Société des éleveurs de moutons de race pure du Québec a permis d’initier les premiers pas en matière de génomique ovine au Québec. Le présent projet, s’appuyant sur ces données préliminaires, vise à élaborer un programme d’évaluation du mérite génétique, assisté par la génomique et adapté aux caractéristiques d’intérêt, aux races et aux schémas de production utilisés au Québec.  Le programme créera une estimation de routine des valeurs d’élevage génomiques en établissant des populations de référence pour les principales races de la province. Pour ce faire, l’équipe recourra au génotypage de plusieurs milliers de moutons. Elle mettra également au point des outils complémentaires basés sur la génomique pour gérer la consanguinité et les anomalies génétiques connues, détecter les aberrations génomiques, et chercher des régions du génome reliées à des caractéristiques quantitatives à l’aide d’études d’association pangénomiques. La base de données génomiques sera élaborée à Genovalia, un centre de données nouvellement créé à l’Université Laval, selon les principes FAIR. D’ici trois à cinq ans, on devrait assister à une amélioration du potentiel génétique des sujets reproducteurs élevés au Québec, ce qui entraînera une rentabilité accrue pour les éleveurs ovins. Tous les outils mis au point seront à la disposition des producteurs ovins partout au Canada. Si l’augmentation de la production répond à 100 % de la demande intérieure, le potentiel du marché est évalué à près de 900 millions de dollars.

Johanne Cameron, Société des éleveurs de moutons de race pure du Québec, SEMRPQ.
Claude Robert (à gauche), William Poisson (au milieu) et Isabelle Giblert (à droite) au laboratoire.
Facebook
Twitter
Email
LinkedIn