Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Établissement de valeurs d’élevage espérées de croisements par la génomique (VEECG) afin de maximiser la rentabilité pour les producteurs canadiens de porcs

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

Statut

Active

Concurrence

Programme de partenariats pour les applications de la génomique

Centre(s) de génomique

GE3LS

No

Chef(s) de projet

Lancement du projet d'exercice financier

2000-2001

Description du projet

Les producteurs canadiens de porcs achètent leur cheptel reproducteur et matériel génétique d’entreprises spécialisées dans ce domaine, par exemple Genesus Inc. Leur rentabilité, tout comme celle de Genesus, dépend de la capacité de créer et de transférer des améliorations génétiques depuis le noyau de la population de race pure à des animaux croisés de première génération. Actuellement, la sélection d’animaux de race pure souhaitable se fait à l’aide de la valeur d’élevage espérée (VEE), une mesure de la condition génétique présumée qui intègre les phénotypes et des renseignements sur le pedigree des animaux. Toutefois, lorsqu’on utilise les outils de la VEE, seulement 70 % environ des améliorations génétiques sont transmises aux animaux croisés de première génération.

Genesus collabore actuellement avec Graham Plastow, Ph. D., de l’Université de l’Alberta, à l’établissement et à la validation des VEECG ou valeurs d’élevage espérées de croisements par la génomique. L’ajout de la génomique à l’outil de sélection VEE devrait en accroître l’exactitude de 20 %. De plus, l’addition des phénotypes et des génotypes d’animaux croisés de première génération augmentera l’amélioration génétique de 30 % additionnels, soit une augmentation totale de 50 % dans le transfert des améliorations génétiques pour les producteurs commerciaux. Un projet fructueux augmentera la compétitivité de Genesus et engendrera des retombées économiques pour l’industrie de 17,25 millions de dollars par année dans les cinq ans qui suivront la fin du projet. De plus, l’amélioration de l’indice de consommation des porcs par suite des améliorations génétiques réduirait l’empreinte sur le territoire de la production porcine, ce qui libérerait des terres pour la production alimentaire pour les humains.

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn