Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La génomique dans la lutte antiparasitaire en agriculture

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn

Résultat

(En anglais seulement)

Integrated GE3LS Research: An Analysis of the Canadian Regulatory Landscape as it Pertains to Biotechnology Research
GE3LS Project Leader: Mark Perry, University of Western Ontario
Summary
This genomic research project aims to create the next generation of non-toxic pest-control methods. However, this project also raises important societal questions given that governments and industry have not yet addressed appropriate ways of regulating genomic technologies as applied to agriculture. Even though promising technologies are already upon us, the regulatory system and policy framework exhibit some degree of uncertainty when dealing with biotechnological innovation. Partly this is because the Canadian public is often given conflicting messages as to what these technologies involve and how the regulatory system operates. We aim to contribute to improving this situation by providing a thorough analysis of the Canadian regulatory landscape that pertains to biotechnology research.

First, we will study what types of intellectual-property models yield the most benefit for everyone concerned, including industry, government and the public at large. The objective is to identify effects of intellectual-property rights on research, compare intellectual-property rights and licensing policies among several designated countries and regions and recommend better ways of managing intellectual-property rights. We will study two closely related subjects: the ability of researchers to use the techniques of genomics for maximum societal benefit, and the development of policies to ensure sustainability and respect ethical values when exploiting the fruits of genomic research.

Second, we will examine Canadian government policy and legislation regarding the regulation of genetically modified products and their place in agriculture. We will examine current Canadian policy directions as well as several policy alternatives that may be better-suited for the aims of governments in harvesting the fruits of biotechnology.

Finally, we will carry out a study of material-transfer agreements among various research groups working in a multi-regional research project such as this one.

Statut

Past

Concurrence

Concours : Projets de recherche en génomique appliquée aux bioproduits ou aux cultures (GABC)

Centre(s) de génomique

GE3LS

Yes

Chef(s) de projet

Lancement du projet d'exercice financier

2008-2009

Description du projet

La production de légumes de serre est une industrie en croissance au Canada et l’Ontario compte à elle seule plus de 687 hectares de légumes de serre – la plus forte concentration en Amérique du Nord.

Ces cultures contribuent considérablement à l’économie de la province, car la valeur à la ferme combinée des tomates, des concombres et des poivrons cultivés en serre a atteint plus de 550 millions de dollars en 2006-2007. Un minuscule acarien qui peut se reproduire tous les sept jours pendant les mois chauds de l’été pourrait toutefois gravement perturber cette industrie. Déjà, les insectes et les acariens détruisent 13 % de toutes les cultures possibles.

Les tétranyques se nourrissent de plus de 1 000 espèces végétales différentes, causant des mouchetures jaunes à la surface des feuilles qui peuvent amoindrir le rendement des plantes. De nombreux producteurs utilisent actuellement des pesticides chimiques pour tenter d’éliminer ces ravageurs -une source importante de pollution de l’environnement qui contribue à la destruction de la faune. De plus, les pesticides perdent de leur efficacité parce que les tétranyques résistent de plus en plus aux principaux pesticides. Compte tenu du réchauffement de la planète, les chercheurs s’attendent à ce que les tétranyques menacent gravement tant les cultures en plein champ que les cultures de serre.

L’équipe du projet créera des outils et des technologies de lutte contre les tétranyques lorsqu’elle aura cartographié tout le génome de cet acarien. Elle allie, pour ce faire, des compétences spécialisées en génomique, en bioinformatique, en génétique, en biochimie, en biologie des populations, en biotechnologie des plantes et en amélioration des plantes. Nous utiliserons les technologies à haut rendement de la génomique pour analyser la résistance des plantes aux tétranyques et nous évaluerons les conséquences de ces ravageurs qui mangent des plantes résistantes et vulnérables. En étudiant l‘interaction des gènes des plantes et de ceux des ravageurs, nous voulons combiner la génomique des uns et des autres, insérer dans les plantes des gènes résistants aux ravageurs pour qu’elles puissent résister aux tétranyques.

Nous mettrons également au point des outils pour neutraliser des gènes spécifiques des ravageurs, ce qui pourrait mener à un tout nouvel outil de lutte antiparasitaire; nous élaborerons en outre de nouvelles stratégies qui réduiront la capacité de ces ravageurs de se reproduire. La mise au point de cette nouvelle approche écologique rendra inutile les pesticides chimiques et la consommation énergétique en agriculture diminuera grâce à l’utilisation de cette stratégie de lutte antiparasitaire durable. Notre projet augmentera la compétitivité du Canada dans cet aspect vital de notre économie du savoir.

Facebook
Twitter
Email
LinkedIn