Médecine de precision fondée sur le microbiome pour les maladies intestinales inflammatoires

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn

Résultat

Statut

Active

Concurrence

None

Centre(s) de génomique

GE3LS

Yes

Chef(s) de projet

Alain Stintzi

Lancement du projet d'exercice financier

2017-2018

Description du projet

La maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) découle d’une inflammation des intestins et laisse les personnes qui en sont atteintes avec de graves problèmes de santé en raison de cette inflammation chronique. Le Canada compte l’un des taux les plus élevés de MICI au monde, compte tenu de 10 200 nouveaux cas par année, soit un total estimé à 233 000 patients (dont 5 900 enfants) et un coût pour l’économie canadienne de 2,8 milliards de dollars par année. Il n’y a pas de remède pour guérir cet état qui dure toute la vie et sa cause demeure inconnue, même si elle semble liée à un déséquilibre entre des microbes intestinaux bénéfiques et nuisibles importants.

Le traitement de la MICI peut être imprévisible et susciter la crainte de recourir à des traitements trop vigoureux chez certains patients et risquer de faire plus de tort que de bien, alors que des traitements qui ne le sont pas assez peuvent ne pas aider. Alain Stintzi, Ph. D., et Dr David Mack utiliseront la génomique pour caractériser, définir et quantifier les microbes qui changent chez les patients atteints de MICI en cours de traitement. Ils utiliseront cette information pour concevoir des tests simples et rapides qui révéleront le traitement optimal pour chaque patient atteint, permettront de personnaliser les plans de traitement selon les caractéristiques de chacun des patients et pourront servir à surveiller facilement les progrès de chacun d’eux et à modifier leurs plans de traitement au besoin. Ces tests aideront les cliniciens à utiliser le bon médicament au bon moment, chez le bon patient. Les chercheurs mettront aussi au jour les mécanismes sous-jacents du développement de la MICI et détermineront de nouvelles cibles pour la mise au point future de médicaments. Leurs travaux ouvriront la voie à des essais cliniques  qui viseront à rétablir la santé du microbiome chez les patients atteints de MICI.

Le projet réduira l’invalidité à long terme et permettra aux patients d’obtenir une rémission profonde et durable, ce qui améliorera leur qualité de vie et entraînera des économies de coûts substantielles. 

Voir aussi un ancien projet connexe : Le microbiote à l’interface de la muqueuse intestinale et du système immunitaire : une passerelle vers la santé personnalisée.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur email
Email
Partager sur linkedin
LinkedIn